vendredi 4 novembre 2011

"Go West, young man, and grow up with the country." Horace Greeley

Un premier texte paru dans "L'éphèmère", le quotidien du Festival du film de la Rochelle en juillet 2011. Il s'agit d'une critique d'un film muet de Buster Keaton accompagné au piano par Jacques Cambra.

-

« Go West ! » disait en substance Horace Greeley, un des cofondateurs du parti républicain au XIXè siècle, pour encourager la conquête de l’ouest. La formule est passée dans le langage courant aux Etats-Unies et est cité au début de Ma vache et moi dont elle constitue le titre original.

Tout comme l’immense Mécano de la Général qui suivra deux ans plus tard, en 1927, le film est un drôle de western. Mais ce cadre atypique permet à Buster Keaton de décliner un thème. Même si le train est déjà très présent, c’est le thème de la vache qui est ici à l’honneur jusqu’à l’obsession.
Taureaux, troupeaux, vaches, veaux, enclos, lait, et bien sûr « garçons vachers » (cow-boys), parcourent le film jusqu’à la pure et simple saturation de l’espace visuel.
Dans ce film de cow-boy donc, on trouve deux personnages principaux,  Friendless (« Sans ami », mais est-ce vraiment son nom ?), qu’incarne Buster Keaton, un citadin trop fraichement converti à la vie de la ferme et « Brown eyes », créditée avant lui au générique, une vache laitière qui deviendra l’alliée indéfectible de notre cow-boy inexpérimenté.

Une fois ses personnages et ses lieux bien mis en place, Buster Keaton multiplie les situations comiques et les enchainements visuels rapides. Les confrontations (inévitables entre cow-boys…) sont magnifiées par « l’homme qui ne rit jamais » dont la présence calme à l’écran semble avoir pour effet majeur un retour à l’essentiel des enjeux et des forces en présences.
Animal, Buster Keaton ? Dans ce film-là, oui en un sens, tant son personnage est lié, à la vie, à la mort à sa seule amie, « Brown eyes » et donc par extension, à la « cause des vaches ».
Cela va de soi en fait, car les troupeaux humains de citadins montrés au début piétinent alors que les troupeaux de vaches ou de taureaux poursuivent. Et quoi de plus « Keatonien » que la poursuite ?